Aller au contenu

Don_Angelo

Members
  • Compteur de contenus

    1 444
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Don_Angelo a gagné pour la dernière fois le 18 mai 2012

Don_Angelo a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

2 Neutral

À propos de Don_Angelo

  • Rang
    Pterygota
  • Date de naissance 12/09/1988

Profile Information

  • Gender
    Male
  1. Tout l'monde s'en fout mais...

    Moi j'ai acheté un nouveau téléphone sous windows mobile 10. Je ne regrette pas d'être débarrassé d'android depuis bientôt 3 ans, le "manque" d'app sur le store n'est pas un problème car l'OS fait au final j'ai tout ce dont j'ai besoin. En revanche, maintenant que le support client est sous-traité à une boite externe pour le moins exécrable je ne conseille plus de venir sous windows mobile. Dommage, c'était le support microsoft qui avait achevé de me convaincre à l'origine. Ah et je crois que je n'étais pas venu par ici depuis un moment !
  2. [Cinéma] Rogue One

    Ce que je reproche au fan service de cet épisode, outre le fait d'être trop présent, c'est bien de contredire ce qui est établi dans l'univers existant. Il n'y a aucun sens à voir les AT-AT sur la planète d'archives, car ils sont des armes de siège servant à établir la suprématie de l'Empire. Il devient illogique que les vaisseaux de l'Alliance puisse les détruire de quelques coups de blasters alors qu'il est dit que ce n'est pas possible dans l'épisode V. Quant à la scène de Vader, qu'est-ce qui justifie qu'il ne puisse pas récupérer les plans, outre le fait que la trame l'impose ? Le personnage n'a en effet aucun mal à venir à bout des rebelles. Il ne faut pas être dupe, l'objectif était juste de fournir une scène de "badasserie" le mettant en scène parce qu'il est Vader. Il me semble qu'il aurait été plus logique de le faire intervenir lors de la bataille sur la plage, ou de le faire combattre un des héros comme Saw Gerrera. A ce sujet, Gerrera fait partie de ces personnages à peine esquissés dont le développement aurait été bénéfique, il aurait pu incarner la manière dont les idéaux, à priori nobles, de la Rébellion peuvent être corrompus. Cela aurait eu le mérite de contribuer à rendre l'univers moins manichéen. Car oui je reste convaincu qu'il est nécessaire que les personnages principaux soient développés avec des motivations auxquelles le public peut adhérer, de sorte d'être émotionnellement impliqué dans leur cheminement. Aucun des personnages de Rogue One n'a d'arc narratif développé, au mieux nous sont montrés leur point de départ et d'arrivée mais le cheminement est éludé. C'est pour cela que le personnage de Jyn ne fonctionne pas: elle est l'archétype du personnage sceptique voir indifférente aux idéaux de l'Alliance que son cheminement mène à y adhérer. Le point culminant de cet arc aurait dû être son discours de motivation aux Rebelles qu'elle embarque dans la mission suicide. On ne voit pas cette transition se faire. On peut arguer que son adhésion aux idéaux de l'Alliance vient de la mort de son père, pourtant sa relation avec lui est inexistante, le film suggère même qu'elle avait plus de liens avec Saw Gerrera. Autre entorse à l'univers, l'épisode II établit que les plans de l'Etoile Noire ont été réalisés par les Geonisiens, et non par Galen Erso. Certes, Rogue One dit seulement qu'il est intervenu sur la conception des plans et qu'il est à l'origine de la faille de son réacteur, mais il me semble que cette sous-intrigue aurait dû être mieux introduite voir délaissée. Cela participe à ce que j'ai classé dans une complexification inutile et artificielle de l'intrigue. Han Solo ne porte pas les mêmes vêtements depuis 40 ans dans l'épisode VII, mais je vois ce que tu veux dire. Le fait est que l'arc narratif de son personnage se termine dans l'épisode V, à partir de là sa présence est redondante. Une approche purement fonctionnelle aurait été qu'il ne survive pas au processus de congélation carbonite, cela aurait permis de donner un ton plus adulte à l'épisode VI.
  3. [Cinéma] Rogue One

    Rogue One est le premier opus des films standalone de la saga Star Wars pilotée par Disney, sa trame narrative s’insère entre les épisodes 3 et 4. Le scénario se focalise sur les circonstances qui ont mené l’Alliance à s’emparer des plans de la première Etoile Noire à la fin de l’épisode 4. Se voulant résolument différent des principaux films de la franchise, Rogue One adopte un ton supposé plus sombre et prétend développer des thématiques et une atmosphère différente. Nous quittons donc le genre du space opera afin d’embrasser un hybride entre le film de guerre et le film de casse, même si curieusement peu des codes inhérents à ces genres se retrouve effectivement dans la trame. Exit donc l’introduction défilant au son du très familier thème de Star Wars, le très romantique John Williams a d’ailleurs cédé la baguette à Michael Giacchino. A cet effet, les inclusions de matériel mélodique issu de la saga se feront très rares quand elles ne sont pas dépouillées à l’extrême. Autant le dire d’emblée, Giacchino ne retiendra de son prédécesseur qu’une version exacerbée de ses pires travers. Pompier, sans saveur ni inspiration, l’accompagnement musical sait, au mieux, être poignant en quelques rares occasions mais échoue à marquer le spectateur. La faute à un cruel manque de fluidité mélodique et à une incapacité à construire le moindre développement thématique. On notera même un mimétisme agaçant dans les quelques mélodies émaillant cette partition, tentant de ressembler à du Williams sans trop s’en approcher. C’est particulièrement dommage car le ton du film appelait à la grandiloquence et au caractère martial dont Williams a le secret. Deux écoutes attentives avant la projection n’ont pas suffi à me laisser le moindre souvenir des mélodies. Le scénario du film avait la lourde tâche de développer ce qui tenait en deux phrases dans Un Nouvel Espoir, et au risque de s’étirer en longueur se borne strictement au vol des plans. Toute intrigue secondaire est développée au minimum syndical, ce qui se ressent directement dans le développement très lapidaire des personnages. En conséquence, peu seront réellement attachants ou ne verront leurs enjeux exposés de sorte que l’on ait l’impression que leurs actions soient logiques autrement que parce que le scénario a besoin de les amener d’un point à un autre. Pire encore, l’intrigue s’embourbe dans ses incohérences et se perd à artificiellement se complexifier. On sent clairement des artifices scénaristiques pour cocher telle ou telle case en dépit de la logique ou de la cohérence globale. Il faut néanmoins porter au crédit de Rogue One de nuancer un peu les forces en présence, montrant des Rebelles à l’éthique discutable et des Impériaux qui ont conscience de l’amoralité de leur allégeance. On se souviendra de quelques scènes allant dans ce sens dans le Retour du Jedi, dont la plupart seront restées sur la table de montage. Quant au respect de l’univers en lui-même, on notera quelques grosses maladresses au mieux sans grandes conséquences, au pire castratrices pour l’intrigue future. Un seul exemple : le climax du film présente une bataille sur une planète impériale ou apparaissent les AT-AT de L’Empire Contre-Attaque. Si l’on met de côté leur présence qui ne se justifie que par un fan-service grossier, on notera que les vaisseaux de l’Alliance peuvent détruire leur blindage de quelques coups de blaster. Quid des événements de la bataille de Hot ? L’une des scènes emblématiques de la saga se trouve ainsi irrémédiablement sabordée. Toujours dans le registre du fan-service grossier on notera l’intervention ridicule de Vader lors des dernières scènes. Outre quelques maladresses de réalisation, il faut accorder à Edwards le fait de savoir diriger des batailles surchargées avec lisibilité. Hélas c’est au détriment de pouvoir y insuffler des enjeux réellement impliquants pour le spectateur. La surenchère fait perdre le sentiment de déséquilibre des forces en présence, dont le seul souci et de vendre du divertissement aussi rapidement consommé qu’oublié. Cette même surenchère conduit à accentuer exagérément le pouvoir destructeur de l’Etoile Noire, qui est paradoxalement moins puissante mais plus menaçante que dans les opus précédent. Menace qui sera partiellement sabordée par la maladresse de la scène d’évasion de Jedha. C'est pourtant une amélioration comparé au Réveil de la Force où elle détruit quatre planètes dans l'indifférence totale, il est visible que des efforts de mise en scène ont été fait en ce sens. En définitive Rogue One est un divertissement fast-food, avec de très belles images vides de tout enjeu, qui alourdit le décompte des opus oubliables d’une saga où les jalons sont désormais l'exception. Il aura fallu plus de deux heures pour à peine mieux développer une intrigue longue de deux phrases, en laissant de côté des sujets intéressants dont il ne fait aucun doute qu’ils feront l’objet d’autres spin-off : Quid de la formation de l’Alliance Rebelle ? Le succès au box-office et les éloges critiques de cette formule, qui demeurent pour moi un mystère, ne sont pas prêts de montrer à Disney que l'on attend autre chose de la franchise. Star Wars a marqué les esprits pour son histoire, ses personnages et sa musique, et moins pour ses effets spéciaux qui étaient au service d'un dessein plus large que le seul divertissement.
  4. Morebacks - Saison 2016-2017

    Il va se poser la question de quelles extensions nous souhaitons conserver. Actuellement, sont enregistrés: morebacks.com/org/fr/net Je suppose que le transfert vers l'hébergement ne concernera que le .com, puisque toutes les autres extensions pointent dessus.
  5. Morebacks - Saison 2016-2017

    Je me permets de rappeler que la question attends toujours une réponse: L'an passé il avait été question de migrer les domaines vers informaniak afin de fusionner les frais. Cette migration est-elle toujours souhaité ? L'échéance des domaines est au 2 février, néanmoins je pense qu'il faut bien prévoir la procédure 2-3 semaines en amont, si toutefois elle devait avoir lieu. En ce qui me concerne je ne vois pas d'inconvénient au status quo actuel, toutefois je ne suis pas contre la migration si elle était décidée. Bonnes fêtes à vous.
  6. Morebacks - Saison 2016-2017

    Bonsoir, Ce post est pour moi l'occasion de rappeler que l'échéance des domaines est au 2 février. L'an passé il avait été question de migrer les domaines vers informaniak afin de fusionner les frais, cela n'avait pas pu se faire. Est-ce que l'on souhaite toujours faire cette migration, où est-ce que le status quo actuel convient ?
  7. Je viens de procéder au renouvellement des domaines .com/.org/.net/.fr chez OVH. Il y a eu un quiproquos dans la procédure de transfert, et j'étais par ailleurs en déplacement aux dates d'échéances. J'ai remis en place la configuration avec les DNS pointant chez infomaniak, mais visiblement cela va prendre un peu de temps. Si on peut me renvoyer les DNS adéquates par MP cela serait parfait. Pour ce qui est de la procédure de transfert, il serait préférable de remettre cela à l'an prochain, dans la mesure où il a fallut repayer les droits chez OVH jusqu'en 2017, il n'y a pas beaucoup de sens à payer les domaines deux fois cette année.
  8. Star Wars: Episode VII (2015-12-16)

    Je vous avoue ne pas comprendre les critiques élogieuses que reçoit ce film, de même que je m'étonne que beaucoup ici aient pu apprécier un film pareil. Il ne s'agit pas d'être condescendant ou de reprocher des goûts et opinions qui sont avant tout personnelles. Deviendrais-je un vieux con ?
  9. Grand Rex - Divers concerts symphoniques

    Je viens de mettre à jour avec les dates que j'ai pu relever, les prix varient fortement de 40 à 90€ en fonction des concerts et types de places. Il était prévu de compléter ce fil initial avec des infos sur d'éventuels concerts en salles plus traditionnelles.
  10. Durant tout le mois d'avril 2016, le Grand Rex accueillera plusieurs concerts qui pourraient vous intéresser. A noter que ce type d'évènements se multiplient en dehors des salles de concerts traditionnelles des orchestres symphoniques, puisqu'ils sont accompagnés de projections. Distant Worlds - Final Fantasy: (23 avril 2016) Placé sous la direction de Arnie Roth, l'Orchestre Lamoureux inteprètera une sélection d'arrangements de la musique de Final Fantasy par Nobuo Uematsu. A noter que si l'Orchestre Lamoureux n'est pas coutumier de ce répertoire, Arnie Roth dirigeait déjà depuis 2009 quelques concerts de la série des Symphonic Fantaisies et qui contenait aussi des arrangements d'autres jeux de Square Enix. Comme souvent, Nobuo Uematsu sera présent pour des dédicaces. John Williams Philharmonic Concert: (16 ou 30 avril 2016) Peu d'informations si ce n'est que le compositeur ne sera pas présent, et que la part belle serait donnée notamment à Indiana Jones, E.T, Jurassic Park ou War Horse, mais peu ou pas de Star Wars. Au Palais des Congrès s'inviteront également: - Hans Zimmer (23-24 avril 2016) - Le Seigneur des Anneaux (14-16 octobre 2016) - Alice au Pays des Merveilles (d'après la score de Elfman pour le film de Burton) (24 septembre 2016) - Indiana Jones et les Aventuriers de l'Arche Perdue (février 2016) - Star Trek (25 septembre 2016) A la demande de notre ami Cruchot, je guette toujours la venue du London dirigé par John Williams dans une salle parisienne, mais je crains que ça ne se fera hélas pas sans voyager !
  11. Win 10 depuis un win 7 x64

    Je te confirme que j'ai fait le même constat avant de passer à windows 10. Mon windows 7 ne faisait plus de màj depuis quelques temps et n'en trouvait pas même si je lançais manuellement windows update. Ayant adopté windows 10 je ne peux pas dire ce qu'il en est actuellement.
  12. Star Wars: Episode VII (2015-12-16)

    C'est une très bonne critique, même si je trouve que l'auteur est un peu complaisant sur le traitement du personnage de Ren et qu'il attend globalement des épisodes suivants qu'ils développent ce que je considère comme des lacunes et problèmes de fond de cet épisode.
  13. Star Wars: Episode VII (2015-12-16)

    Dude>La question se pose franchement. Je suis assez partagé car la prélogie est vraiment mauvaise, probablement moins qu'on s'accorde à le dire, mais ce film n'est pas franchement meilleur car il souffre de défauts qu'on reprochait déjà à Lucas. Je pourrai consacrer un peu de temps à écrire un complément à ma revue sur l'épisode 7, mais je crains de ne pouvoir rentrer dans les détails sans spoiler. Par rapport à la musique, je l'écoute depuis le lendemain de mon premier post et je me dois de nuancer ce que j'écrivais. Au sujet de la musique, elle est très largement moins expressive que celle des opus précédents, et je maintiens que je n'en aurais probablement eu aucun souvenir si je ne l'avais pas massivement réécouté depuis la projection. Mais l'écoute attentive me fait penser qu'elle est également sous-utilisée dans le film car elle contient de très beaux moments, en tête de liste le thème de Rey. Egalement March of the Resistance, ou dans la même veine le thème actualisé de Han and Leia. Elle n'en reste pas moins assez peu typée Star Wars de la grande époque même si la bonne surprise est que Williams réutilise plus de motifs issus de la trilogie originale que ce que le film ne laisse entendre. C'est un comble d'ironie quand on pense à toute la récupération que le film fait de ses prédécesseurs. J'en viens à penser que le film n'est pas fait pour être accompagné par une musique aussi grandiloquente que ce que Williams sait produire, et je me demande s'il n'y a pas aussi un peu de désintérêt de la part du compositeur, que je vois peut-être à tort, comme le dernier légataire du souffle épique de Star Wars dont cette partition manque cruellement. Pour seul morceau de bravoure, nous n'avons que le Scherzo for X-Wings qui, sans démériter, sonne bien fade en comparaison de The Asteroid Field ou plus récemment de Panaka and the Queen's Protectors. Il me semble que c'est avant tout la mélancolie qui domine cette partition, mais cette perception est très subjective. Comme à son habitude, maestro Williams conclue ce disque par un meddley répétant les motifs importants du film. Aussi je vous propose de vous faire votre propre avis en l'écoutant ici: https://www.youtube.com/watch?v=cUBUlKgsNK8 Il me semble par ailleurs que l'intégralité de la bande originale y est disponible. Et pour ceux qui n'en sont pas convaincus, il y a bien des allusions à la prélogie ! A commencer par le thème Snoke, qui se rattache à la scène de l'opéra dans La Revanche des Siths.
  14. Star Wars: Episode VII (2015-12-16)

    Mon post précédent est parti un peu vite, j'ai ajouté ce qui manquait. Entre temps est arrivé le post de Teka, avec lequel je suis au final assez d'accord. J'ajouterai suite à sa remarque que c'est aussi un des aspects de Kylo Ren qui rend son développement aussi maladroit. En fait:
  15. Star Wars: Episode VII (2015-12-16)

    J’ai retiré de cette revue les parties évoquant des aspects trop important de l’intrigue afin qu’elle puisse être lu sans spoiler, de fait je suis moins entré dans les détails que je l'aurai souhaité. Le Réveil de la Force fait le pari de réconcilier les fans de la saga originale, déçus de la prélogie, et de toucher un public plus large. Il commence donc trente ans après la fin des évènements du Retour du Jedi et constitue le premier volet d’une trilogie à venir. La trame du film est essentiellement calquée sur Un Nouvel Espoir, avec quelques éléments empruntés à L’Empire Contre-Attaque. Films dont il reprend par ailleurs les personnages principaux. Ainsi, cet épisode est aussi un reboot car la superposition de la trame de ce film à ses sources révèle que chaque personnage a son équivalent dans la trilogie originale. On notera au passage que Han Solo, Luke Skywalker et la Princesse Leia sont élevés au rang de héros mythiques pour les personnages de ce film qui semblent d’ailleurs les connaitre d’après les récits de leurs exploits passés. Cette superposition permet également de distinguer nombre de clins d’œil à la trilogie originale à l’attention des fans. On ne se risquera pas à essayer d’en établir une liste exhaustive, mais ces clins d’œil vont d’objets originaires des premiers films à des dialogues repris au mot près en passant par des situations très semblables. Ces similitudes contribuent lourdement à entretenir un sentiment de manque d’originalité de l’histoire, leur nombre est si important qu'on finirait par se demander s'il n'y avait pas un quota à respecter. Par ailleurs elles posent parfois de véritables problèmes de cohérence : Pourquoi le 1er Ordre construirait-il une TROISIEME Etoile Noire alors que les deux précédentes ont été des échecs ? Le Réveil de la Force se distingue de la trilogie originale par son rythme beaucoup plus soutenu et son orientation plus centrée sur l’action : il se passe beaucoup plus de choses dans une durée équivalente. En moyenne les scènes sont beaucoup plus courtes et les évènements s’enchainent beaucoup plus vite, tout semblant se dérouler sur une seule journée. Cela se ressent surtout sur le développement des personnages qui se veut plus direct et simplifié. Par ailleurs, le film est résolument moins grave que ses prédécesseurs, notamment parce que: - Le méchant, Kylo Ren, n’a pas été écrit pour être charismatique ou imposant - L’Etoile Noire est introduite et détruite trop vite pour vraiment représenter une menace, alors que paradoxalement elle détruit quatre planètes - Le 1er Ordre n’est jamais montré en position de force, tout au plus ne représentera-t-il une menace que ponctuellement - Les héros ne sont que trop rarement mis en danger alors que paradoxalement ils traversent beaucoup de péripéties A bien y regarder l’héroïne, Rey, n’a aucun défaut et réussit tout ce qu’elle entreprend sans effort apparent. J’ajouterai même, sans pouvoir développer au risque de spoiler, que sa progression est beaucoup trop rapide. Dit autrement on s’attache beaucoup à nous montrer en détail ses qualités, alors que l’on s’attache aussi beaucoup à nous montrer les faiblesses de Kylo. Ceci conjugué au rythme presque hystérique et à l’absence de musique très présente conduit à susciter peu d’émotion chez le spectateur. La fidélité à la trame de Un Nouvel Espoir a dicté l’introduction d’une troisième Etoile Noire. Sa présence dans le film est une incohérence totale : - Le 1er Ordre n’a pas la position dominante qu’occupe l’Empire dans la trilogie originale pour se permettre de construire une arme aussi coûteuse. - Elle est introduite dans le dernier acte du film, c’est-à-dire trop tard pour qu’elle puisse représenter une menace déterminante. - Elle possède une puissance exagérée qui paradoxalement laisse indifférent. Peut-être parce que l’on sait qu’elle sera détruite, comme c’est le cas dans Un Nouvel Espoir et Le Retour du Jedi. Cet élément n’aurait tout simplement pas dû figurer dans le film. La surabondance des scènes d’action, dessert également le film. Il n’y a pas assez d’espace pour qu’une menace s’installe et donc qu’elles aient un impact quelconque, diminuant d’autant la crédibilité de la chose. Enfin lorsque les héros traversent ces scènes, on perd le sentiment qu’ils ont accomplis quelques choses : elles ne représentent plus des épreuves et deviennent banales. Il est difficile d’évoquer le traitement de Kylo Ren, sans parler d’un gros spoiler qui n’en est pas vraiment un, car il ne faut pas être bien malin pour deviner ce qu’il va se passer. Disons simplement qu’on peine à le prendre au sérieux car il n’a pas été écrit pour être charismatique. Son traitement est maladroit, entre autre parce que Rey est présentée comme plus forte que lui sans la moindre ambiguïté. Il est difficile de considérer comme bon un film qui n’a pas de méchant menaçant, un personnage comme Kylo aurait dû être présenté comme faisant partie d’un tout plus grand et qui devait peser lourdement. Ce que n’arrive pas à être le 1er Ordre. En résumé, le ton trop décalé, l'absence de menace, le développement médiocre des personnages, la musique réduite au minimum, le rythme hystérique et le scénario peu original me font dire qu'il s'agit d'un très mauvais Star Wars.
×